top of page
Rechercher

La valeur des choses

« S’il n’y avait que le Bien, quelle serait la valeur des choses ? Le Mal est donc nécessaire et notre libre-arbitre se trouve ici justifié. Mais quelle est la valeur du Mal, quelle est sa place, son rôle ?... 'Le Mal est un kissé (un siège, un support) pour le Bien', résume le Baal Chem Tov. Ce que l’on comprend par : le Mal précède le Bien, l’étape du Mal est nécessaire à l’avènement du Bien. Nous pouvons tout autant parler de chute et d’élévation qui s’en suit. Et plus profonde a été la chute dans le Mal, plus éclatante est l’élévation dans le Bien. Un Bien important correspondant à une grande élévation n’est possible qu’après ou qu’à partir d’un « Mal ». Chute, déchéance, faute, mais également souffrance. Ceci peut être considéré comme vrai pour l’ensemble du peuple juif, comme pour chacun d’entre les Juifs ».

UNE ANNEE AVEC LA CABALE (extrait)

Secrets de la Torah et des Fêtes Juives

Livre 2/6 Exode Chemot


Découvrir ici


LIRE LA SUITE – Ki Tissa 1/3


« Pourquoi le Mal est-il un « marchepied » pour le Bien ? Parce que tout est D.ieu, tout « provient » de Lui, le Bien comme les épreuves et les occasions de déchoir. Parce que toute l’Histoire et tout le futur de l’humanité et des Juifs sont inscrits d’avance dans le Rechimo, même si nous sommes enjoints à user à chaque instant de notre libre-arbitre pour toujours choisir le Bien… parce que l’élévation a d’autant plus de valeur qu’elle résulte d’un effort pour surmonter l’obstacle, dépasser l’épreuve, apprendre du Mal.


Le Mal est le marchepied du Bien : la chute n’est jamais que temporaire et transitoire. Mieux encore, la déchéance n’est qu’apparente. Elle ouvre à une succession infinie d’élévations. Le peuple juif n’a pas été créé pour la chute mais pour l’élévation. S’il faut en passer par une déchéance, l’épreuve doit déboucher sur un niveau supérieur de conscience, pour une élévation éternelle et illimitée, et œuvrer à l’amélioration du monde et de l’humanité. L’épreuve cache toujours un trésor à découvrir.


Il est dit que chaque parasha renferme un ‘hidoush que l’on ne peut trouver dans aucune autre section de la Torah. Ki Tissa nous parle de beaucoup de choses : du recensement du peuple juif et des moyens de la sanctification (le bassin de cuivre, l’huile d’onction, l’encens…), de Shabbat et des Trois Fêtes, des Tables de la Loi et du Veau d’Or, et d’autres choses encore. Voilà le ‘hidoush de cette parasha : prenons du recul face à l’épreuve ; elle signe quelque chose de bon à venir…


UNE ANNEE AVEC LA CABALE

Secrets de la Torah et des Fêtes Juives

Livre 2/6 Exode Chemot


Découvrir le 2ème livre ici


Toutes les publications d’Ariela Chetboun ici


En Israël, en vente à Jérusalem (Gallia), Tel Aviv (Librairie du foyer) et à Netanya (Judaïca)


En France, sur Amazon ou à Paris : Librairie du Temple, Librairie Emet, Kol Yehouda, Beit Hassofer, et Judaïc-Store à Neuilly


Illustration : Moon Phases by Cocorrina

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page