top of page
Rechercher

L'importance des choses

Kipour, trois niveaux du Keter sont traversés et finalement atteints à travers les prières successives : l’extériorité du Keter puis son intériorité et enfin l’intériorité de l’intériorité du Keter. Pour le Zohar, à l’entrée de Kipour nous nous situons dans l’extériorité du Keter : Ari’h Anpin, appelé la Grande Figure, le Partsouf. Le grand amour de D.ieu qui pardonne à Ses créatures”.

Extrait de : UNE ANNÉE AVEC LA CABALE. SECRETS DE L’ÂME ET DU TEMPS en vente sur



LIRE LA SUITE – Kipour


“Nous traversons cet état spirituel et arrivons à Atik Yomin : le Plaisir divin à l’origine du désir de créer le monde ! Ce même état d’esprit de ratso ve chov se manifeste à Yom Kipour : l’élan pour rejoindre le Divin. Un désir de notre âme divine qui sera comblé à ce moment de la ne’ila, après la prière de min’ha, dans la soirée de Kipour, proche de sa clôture. Ne’ila, on pourrait le traduire par « bouclage », « enfermement ». D.ieu nous prend avec Lui et nous retient dans Sa proximité. Les Juifs en prière et tout le peuple juif avec ceux qui prient, sont ainsi liés à l’année nouvelle. D.ieu nous retient et nous gardera avec Lui tout au long de cette année.


Nous croyons être parvenu au terme lorsque nous atteignons ce stade. C’est là qu’un autre stade se dévoile encore, au moment de la prière de la ne’ila : l’intériorité de l’intériorité du Keter, la source-même du Plaisir divin, continue la Cabale, la Pensée divine qui précède le Plaisir divin de créer le monde, de gouverner.


À ce niveau de proximité avec le Divin se crée un total lâcher-prise, une ultime acceptation. Cet état confère ce qu’on appelle « l’importance des choses » חשיבות הענין ‘hachivout ha ‘iniane, l’importance du sujet. De là, nous tirons notre discernement, la force de prioriser dans notre existence, la hiérarchisation qu’il est nécessaire de faire dans les choses, le recul, la force de décider de nous consacrer à la chose la plus importante pour nous en cette nouvelle année. Une volonté puissante de créer, générée par l’anticipation d’un très grand plaisir. Cette dimension, cette force mentale s’acquiert lorsque l’on fusionne avec D.ieu, à ce moment précis de la ne’ila de Yom Kipour.


À Kipour, nous nous situons au-delà du Keter, dans l’intériorité de son intériorité, dans un monde en dehors de la réalité. C’est pour cela que nous ne mangeons ni ne buvons, pour être concordants avec ce monde d’abstraction, de pure spiritualité. Nous sommes redevenus une âme ! Comme un ange qui ne mange pas et même plus encore. À Kipour, la fusion avec le Divin fait que nous devenons complètement nous-même : connecté à notre être profond.


Nous escaladons ainsi les niveaux de spiritualité qui sont comme suspendus jusqu’à la fin des Jours redoutables".


Illustration : l'Arbre de Vie, les Sefirot - Victoria Tsipora Sim'ha


Toutes les publications d’Ariela Chetboun sont en vente sur Amazon


En librairie, en Israël en vente à :


Jérusalem : Gallia, 6 Mea Shearim tel 02 537 49 25 Tel Aviv : Librairie du Foyer, Masaryk 14 tel 03 524 38 35 Netanya : Judaïca (passage Smilanski) Raanana : Brahalabait 98 Ahuza, Kanion El Ram, tel 09 954 21 55 Ashdod : Daniel Ifrah, Merkaz Topaz, 6 Montifiori tel 08 86 666 58


et à PARIS : Librairie Emet, 250 Bd Voltaire (XIème) tel 01 43 48 94 33


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page