top of page
Rechercher

L'Exil, nos prisons mentales

« La parasha Bo est celle de la sortie d’Égypte, de la fin de l’exil des Hébreux. C’est une section-charnière. Pour la Hassidout, "sortir d’Égypte" signifie s’extraire des prisons mentales ainsi que des limites du monde naturel ; c’est rendre possible ce qui est à l’état de potentiel chez soi et dans le monde, rendre possibles les miracles. Bo ! ("Viens !") est l’opposé de Yetse ! "Sors !". Si le peuple hébreu a été chassé d’Égypte et qu’il s’en est enfui dans le trouble et la précipitation, c’est parce que sa sortie s’est faite dans un double mouvement de chvira et d’aziva, de destruction et d’abandon. Ici les problèmes ne sont pas résolus (la tyrannie, l’idolâtrie, les mœurs dissolues, l’esclavage, etc.), on les fuit. Pourtant, nous avons appris avec le Sefer Berechit que l’inconscient ne doit pas être ignoré (Yaacov fuyant Essav). Au contraire, les conflits doivent être affrontés (Yaacov combattant l’ange d’Essav puis allant à la rencontre de son frère) ».

UNE ANNEE AVEC LA CABALE (extrait)

Secrets de la Torah et des Fêtes Juives

Livre 2/6 Exode Chemot


Découvrir le 2ème livre :

Amazon FRANCE (livre papier) ici

Amazon FRANCE (Kindle, format numérique) ici


Amazon US & ISRAEL (livre papier et numérique) ici


LIRE LA SUITE – Bo 1/3


"Une grande servitude, beaucoup de souffrances, puis une grande libération et le don de la Torah. La Hassidout offre ce message essentiel : le Mal est "le marchepied du Bien" : Kissé la Tov. Le Bien arrive par la morsure du Mal. Qu’est-ce que le Mal ? Une autre conception du Bien ; une création divine nécessaire pour rendre possible le libre-arbitre de l’homme, car c’est dans l’épreuve que l’homme se dévoile à ses propres yeux, et dévoile le Bien dans le monde. Nous savons désormais que le Bien arrive toujours de manière détournée afin de ne pas attirer l’attention des forces de l’impureté, des puissances du Mal.


La "faute" d’Adam ha Richone a été de mélanger le Bien et le Mal. D’où la nécessité au fil des millénaires d’opérer tikoun et birour, réparation et clarification. L’âme, comme un métal précieux, a besoin d’être raffinée. Son moteur est le désir, la passion, l’envie de vivre. Son principe actif, c’est l’âme animale. Elle est comme un feu purificateur. Le travail de l’homme est d’identifier ce feu en lui, d’en reconnaître la puissance et la nécessité, et de l’intégrer à son âme divine pour vivifier celle-ci. Pour devenir soi-même, il faut la force du feu intérieur, du désir de vivre, la passion pour la vie, mise au service de buts nobles pour pouvoir s’accomplir".


Toutes les publications d’Ariela Chetboun ici


En vente en Israël à :

- Netanya : Judaïca (passage Smilanski)

- Tel Aviv : Librairie du Foyer, Masaryk 14

- Jerusalem : Manny's Book Store, Khavakuk 2

- Jerusalem : Gallia, 6 Mea Shearim

- Jerusalem : Or Ha Haïm, Hapisga 45

- Raanana : Brakha la Bait, Kanion El Ram, 98 A'houza

- Ashdod : Daniel Ifrah, Merkaz Topaz, 6 Montifiori


En vente en France à Paris : Librairie Emet, 250 Bd Voltaire (XIème)


Illustration : Issue 21 Front and Back Cover: Sam Bettinger, Model and Photographer, Zachary Nunn. Model Citizen Magazine


Pour moi, nos prisons mentales, l'exil, c'est cela : l'impudeur qui s'ignore, la solitude, le paraître, le fric, le dérisoire, l'éphémère... la vacuité de l'existence, aucun sens à rien de ce que l'on fait... et une attente qui ne dit pas son nom !

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page