top of page
Rechercher

Israël, 26 octobre 2023

Être enfin aimés pour ce que nous sommes ! Libres, curieux, chaleureux, aimants, drôles, valeureux, tendres, respectueux, créatifs, amoureux de la vie, innovants, persévérants, sages, pudiques, fidèles, généreux...

Combien il est difficile de voir sur les réseaux sociaux, dont LinkedIn, que le reste du monde continue de tourner, comme s'il ne s'était rien passé, comme s'il ne se passait rien... Chacun fait tourner sa petite boutique en ligne - congratulations, auto-satisfecit, prospection clientèle. Cela fait maintenant presque trois semaines que nous avons été horriblement massacrés, que nos otages sont retenus, que nos jeunes sont partis, enrôlés sur trois fronts ; que des dizaines de milliers de personnes sont déplacées, éloignées des zones de guerre. L'économie israélienne est en stand bye - entreprises fermées, chantiers à l'arrêt, magasins vides de clients et de vendeurs - écoles fermées, rentrée universitaire repoussée, hôpitaux bondés. L'ensemble du peuple juif dans le monde est complètement traumatisé et survit psychiquement entre hyper-activité ou apathie, colère, angoisse et peur, tristesse ou refoulement. Je suis blessée intérieurement, comme tous les autres de mon peuple, par mille blessures. Et cette forme d'indifférence en Europe, cette indécence à faire comme si la vie continuait "quand même" comme avant est une blessure supplémentaire. Comment peuvent-ils faire comme si rien ne se passait ?

Ici, des avions dans le ciel - chasseurs, transporteurs de troupes et de matériels, drones et hélicoptères de surveillance. Nos sacs à dos prêts au cas où il faudrait être évacué rapidement de notre villégiature, la belle Netanya-des-plages-et-des-champs. Des réserves alimentaires, un abri préparé, des stocks d'eau pour le cas où les réseaux d'approvisionnement seraient attaqués. Et l'attente. Essayer de bosser un peu, s'engager avec soi-même chaque soir à ne pas trop suivre les infos demain. Participer à un cours de gym pour absolument rester en forme - toujours "au cas où". Dîner avec des amis mais encore parler de la guerre...


Une seule façon de s'en sortir - et vraiment je ne sais pas comment font ceux qui n'ont pas cette espérance - étudier nos Textes, écouter nos Maîtres qui analysent les prophéties en train de se réaliser, les unes après les autres. Notre éternelle espérance qui semble trouver bientôt son terme. Ce n'est plus de résilience dont le peuple juif a besoin, c'est d'un changement complet de paradigme : être enfin aimés pour ce que nous sommes ! Libres, curieux, chaleureux, aimants, drôles, valeureux, tendres, respectueux, créatifs, amoureux de la vie, innovants, persévérants, sages, pudiques, fidèles, généreux...


Illustration : Menashe Kadishman


Comentarios


bottom of page