top of page
Rechercher

Rester séparés

« La parasha Kedochim commence par l’injonction divine faite à Moshé de s’adresser « à toute l’assemblée » : c’est donc une mitsva générale et personnelle. Ce qui nous sépare, ce sont les mitsvot qui nous incombent et que nous devons accomplir, contrairement au reste de l’humanité à qui n’incombe que le respect des sept lois noachides », les lois divines révélées à Noé, et qui incombent à tout être humain".

UNE ANNEE AVEC LA CABALE (extrait) Secrets de la Torah et des Fêtes Juives Livre 3/6 Lévitique Vayikra


Découvrir ici


LIRE LA SUITE – Kedochim 2/2


« D.ieu nous a choisis pour être saints. Il n’a pas choisi nos âmes, puisqu’elles sont une partie de lui-même ; Il a choisi… nos corps ! Il est dit que dans ce monde-ci, le corps « ressemble » à l’âme. Lorsque nous nous adressons à quelqu’un, nous parlons à la fusion d’une âme et d’un corps, un corps qui ne cesse d’évoluer – puisque toute évolution dans la conscience occasionne des transformations physiques.


Les Sages de la Torah cachée disent que les mondes divins ressemblent au corps du Juif. Comme Adam Kadmon, l’homme primordial (bien « avant » l’apparition d’Adam ha Richone, le Adam d’Adam et Eve) qui contenait la Volonté générale de toute la Création, son principe, est à l’image du Juif dans la pensée de D.ieu.


Alors que faut-il pour être kadosh, pour être « saint » comme Hachem nous le demande ? Réaliser les mitsvot qui expriment ma qualité d’être kadosh, c’est-à-dire séparé des autres êtres humains ? Tout faire bien ? Juste « être » ?...


Sur le plan collectif, le but de cette dimension de sainteté est notre influence positive sur le monde et sur l’humanité. Mais pour être positivement influents, il ne faut pas être amalgamé, il ne faut pas être influencé, il faut garder du recul, conserver nos valeurs, les fondements de notre identité. Il faut donc pour cela demeurer séparés, autrement dit kadosh, saints, forts de notre spécificité et accepter d’être séparés du reste de l’humanité.


A titre personnel, si l’on veut agir sur le monde qui nous entoure, sur nos proches ou sur les personnes que nous fréquentons comme nos collègues, ou nos étudiants, avoir de l’influence, les faire évoluer dans le bon sens, il faut s’extraire de nos propres prisons mentales, de nos enfermements, car tout conditionnement empêche l’influence. Briser nos peurs, identifier nos croyances limitantes…

D.ieu nous en a donné la force. C’est l’idée principale à retenir de la parasha Kedochim ».


UNE ANNEE AVEC LA CABALE Secrets de la Torah et des Fêtes Juives Livre 3/6 Lévitique Vayikra


Découvrir le 3ème livre ici

Toutes les publications d’Ariela Chetboun ici


En vente en Israël à : - Netanya : Judaïca (passage Smilanski) - Tel Aviv : Librairie du Foyer, Masaryk 14 - Jerusalem : Gallia, 6 Mea Shearim - Raanana : Brakha la Bait, Kanion El Ram, 98 A'houza - Ashdod : Daniel Ifrah, Merkaz Topaz, 6 Montifiori - Ashdod : Makhon Tiferet ha Kodesh (Arye), Chevet Levi 14

En France, à Paris : Librairie du Temple, Librairie Emet, Kol Yehouda, Beit Hassofer, et Judaïc-Store à Neuilly


Sur Amazon ici


Illustration : THEO TOBIASSE

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page