top of page
Rechercher

Masculin et Féminin

« Homme et femme sont différents dans leur essence et de ce fait, absolument complémentaires. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le Créateur nous enjoint de faire l’effort de nous confronter à cette ultime différence : le sexe opposé, ainsi qu’à la part opposée qui est en nous - la part féminine chez l’homme et la part masculine chez la femme. L’objectif qui nous est assigné est de construire la reconnaissance de l’autre, de trouver l’équilibre entre les contraires, en jouant chacun pleinement son rôle, et de faire ensemble un enfant qui prendra autant de l’un que de l’autre parent. Le traité de Talmud Nidda précise qu’il faut trois « associés » pour procréer : la mère, le père et le Créateur ».

UNE ANNEE AVEC LA CABALE (extrait)

Secrets de la Torah et des Fêtes Juives

Livre 3/6 Lévitique Vayikra


Découvrir ici


LIRE LA SUITE – Tazria 1/4


« Toute la parasha Tazria est consacrée à la description d’une sorte de lèpre qui pouvait affecter, aux temps bibliques, le Juif, son vêtement ou sa maison. Le Texte décrit les symptômes, l’examen clinique auquel doit procéder le Cohen, ainsi que le confinement dans la maison pendant la période d’impureté. Toute la parasha, sauf les premiers versets consacrés au statut d’impureté d’une femme ayant accouché d’un garçon… ou d’une fille :


‘Parle ainsi aux enfants d'Israël : lorsqu'une femme, ayant conçu, enfantera un mâle, elle sera impure durant sept jours, comme lorsqu'elle est isolée à cause de sa souffrance. Au huitième jour, on circoncira l'excroissance de l'enfant. Puis, trente-trois jours durant, la femme restera dans le sang de purification : elle ne touchera à rien de consacré, elle n'entrera point dans le saint lieu, que les jours de sa purification ne soient accomplis. Si c'est une fille qu'elle met au monde, elle sera impure deux semaines, comme lors de son isolement ; puis, durant soixante-six jours, elle restera dans le sang de purification (Tazria 12, 2-5).


Pour la Hassidout et la Cabale, de quoi est-il question ici ? De féminin et de masculin, et d’harmonie entre les deux, ainsi que de leur « fruit » : l’enfant.


On peut commencer par-là : que prend l’enfant de ses parents respectifs ? Ses parents lui donnent ce qui a rapport au corps : le nefesh, l’âme vitale, la pulsion de vie, ainsi que de quoi construire le corps physique. Le père est réputé donner à travers sa semence blanche, le lovenlavan » en hébreu) c’est-à-dire le « blanc du corps » : les os, le blanc de l’œil, etc. La « semence » de la mère (son sang) fournit à l’enfant le « odem » (en araméen, « adom » en hébreu) le « rouge du corps » : la peau, la chair, etc. Le père transmet à l’enfant son ‘Hessed, sa bonté, son amour infini. La mère transmet sa Gvoura, sa rigueur, le cadre à l’expression de cet amour, des limites dans lesquelles s’épanouir et grandir. Chacun donne ce qu’il a lui-même. Et n’oublions pas que la source du ‘Hessed est la Gvoura, et que l’inverse est également vrai : la source de la Gvoura est l’amour… Que transmet le Créateur à l’enfant à naître ? Le roua’h et la nechama, deux niveaux d’âme.


UNE ANNEE AVEC LA CABALE

Secrets de la Torah et des Fêtes Juives

Livre 3/6 Lévitique Vayikra


Découvrir le 3ème livre ici


Toutes les publications d’Ariela Chetboun ici


En vente en Israël à :

- Netanya : Judaïca (passage Smilanski)

- Tel Aviv : Librairie du Foyer, Masaryk 14

- Jerusalem : Gallia, 6 Mea Shearim

- Raanana : Brakha la Bait, Kanion El Ram, 98 A'houza

- Ashdod : Daniel Ifrah, Merkaz Topaz, 6 Montifiori

- Ashdod : Makhon Tiferet ha Kodesh (Arye), Chevet Levi 14


En France, à Paris : Librairie du Temple, Librairie Emet, Kol Yehouda, Beit Hassofer, et Judaïc-Store à Neuilly


Sur Amazon ici


Illustration : Yoël Benharrouche - Le Bonheur

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page