top of page
Rechercher

L'âme, une réalité disjointe

« L’une des clefs d’étude de la Torah tient dans cette double généralité : ‘tout va d’après la fin ; tout va d’après le commencement’. De cette clef de lecture, nous pourrons tirer l’essence de l’enseignement de la parasha Pekoudei et celle du livre Chemot en étudiant :


- le premier passouk de Chemot, pour le commencement

- le premier passouk de Pekoudei, aussi pour le commencement

- le dernier passouk de Pekoudei (et donc du Livre Chemot), pour la fin.

Pekoudei ha Mishkan – qui signifie ‘l’inventaire/les comptes du Temple mobile’ est, nous l’avons compris, la dernière section du Livre Chemot ».


UNE ANNEE AVEC LA CABALE (extrait)

Secrets de la Torah et des Fêtes Juives

Livre 2/6 Exode Chemot


Découvrir ici


LIRE LA SUITE – Pekoudei 1/3


« Premier passouk du Livre Chemot : ‘Et ceux-ci sont les noms des Enfants d’Israël, les venus en Égypte, avec Yaacov, chaque homme et sa maison sont venus’.


Ce verset nous enjoint de creuser la question du nom - c’est-à-dire du prénom - de l’âme qui s’y rattache, de la source divine de cette âme et du voyage qu’effectue cette âme entre les mondes. Nous apprenons par la Tradition que l’âme est composite et que le lieu de son incarnation n’est pas nécessairement ce corps que je lui connais. Une partie de cette âme, tout entière descendue du monde d’Atsilout et établie dans ce corps, peut se conjuguer avec une autre partie déjà en paix et résidant donc au Gan Eden de Yetsira ou de Briya, quand une dernière partie de l’âme est déjà réincarnée dans un autre corps.


‘L’âme’ est une réalité disjointe, composée de plusieurs fragments fonctionnant selon différents systèmes. Elle peut ainsi être en train de « travailler », en même temps qu’elle est en train de « se reposer » car elle a déjà achevé le travail d’accomplissement que l’on attend d’elle, ou une partie du moins de celui-ci. Ainsi, « Je » peut être fragmenté entre plusieurs mondes ; « Je » peut être contemporain de mon âme sise dans un autre corps. Le niveau de conscience divine qui est atteint par un individu est un palier, parmi une infinité d’étapes, comme un « feuilletage » : de nefesh de nefesh à ye’hida de ye’hida. Pour passer d’un niveau à un autre, il faut que le corps soit séparé de l’âme et qu’il y ait une nouvelle naissance. Beaucoup de niveaux, la possibilité d’échouer et de « redescendre » de niveau, donc beaucoup de réincarnations. A quoi sert cette fragmentation ? A développer plusieurs points de perspective afin d’être en mesure d’assimiler les paradoxes de l’existence.


Alors, que vaut-il mieux pour l’âme afin qu’elle voyage de mondes en mondes et s’élève de vies en vies ? La réponse de nos Sages est qu’il lui faut des épreuves, nombreuses et variées, jusqu’à ne plus en avoir besoin pour apprendre et comprendre (pour enfin être capable de « voir »).


Ainsi, le premier verset du Livre Chemot nous parle des noms, et à travers lui des âmes et de leur cheminement. « Les noms des enfants d’Israël en train de venir en Égypte – perpétuellement, la formule est au présent. Autrement dit, les âmes juives contenues en Yaacov (une âme collective qui contient tous les individus juifs à naître) ne font qu’entrer toujours dans leurs enfermements !...


Du commencement à la fin de la vie, prisonniers de conditionnements intellectuels (politiques, idéologiques…), mais aussi captifs de leurs émotions, sentiments et sensations. C’est ici que l’on comprend mieux – par ce présent permanent – qu’il ne s’agit pas tant de sortir d’Égypte (s’extraire des conditionnements) que de transformer cet exil en libérant l’esprit, c’est-à-dire en sortant les conditionnements de soi, grâce à l’enfermement qui déclenche le réflexe d’une mise au point, d’un réajustement sur les valeurs.


L’exil devient alors une nécessité historique et individuelle, duquel il s’agit de s’extraire. La beauté de l’exercice est que l’on peut transformer l’exil afin d’en faire les termes-mêmes de la Délivrance, collective et personnelle. Ceux qui entrent en exil, ce sont les sentiments humains qui doivent être raffinés, conduits à leur perfection. Ainsi les âmes en exil travaillent de vie en vie leurs sentiments afin de les affiner et de se délivrer d’eux".


UNE ANNEE AVEC LA CABALE

Secrets de la Torah et des Fêtes Juives

Livre 2/6 Exode Chemot


Découvrir le 2ème livre ici


Toutes les publications d’Ariela Chetboun ici


En Israël, en vente à Jérusalem (Gallia), Tel Aviv (Librairie du foyer) et à Netanya (Judaïca)


En France, sur Amazon ou à Paris : Librairie du Temple, Librairie Emet, Kol Yehouda, Beit Hassofer, et Judaïc-Store à Neuilly

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page