top of page
Rechercher

L'âme est dans le sang

"Celui qui fait une offrande à D.ieu Lui fait en réalité don d’une partie de lui-même. La parasha Vayikra - qui donne son nom au troisième Livre de la Torah - nous renseigne sur cette part de soi que l’on offre en sacrifice. La section détaille le dispositif de l’offrande qui consiste à égorger un animal, asperger de son sang l’autel sacrificiel, découper la bête et en disposer les morceaux, la tête et la graisse sur les bois, pour un sacrifice par le feu, le korban. Le sang – qui est versé sur le mizbea’h, l’autel - est la partie la plus importante, ki ha nefesh ba dam hou, car c’est dans le sang que se tient l’âme et plus particulièrement dans la chaleur du sang non encore coagulé. L’autel est aspergé du sang et le reste est immédiatement jeté dans un endroit dédié".

UNE ANNEE AVEC LA CABALE (extrait)

Secrets de la Torah et des Fêtes Juives

Livre 3/6 Lévitique Vayikra


Découvrir le 3ème livre :

Amazon FRANCE (livre papier et numérique) ici


Amazon US & ISRAEL ( papier et numérique) ici


LIRE LA SUITE – Vayikra 1/5


"‘Parle aux Enfants d’Israël, tu leur diras : un homme, lorsqu’il approchera parmi vous une offrande à Hachem, [provenant] de l’animal, du gros bétail et du menu bétail, vous approcherez votre offrande’ (Lévitique 1, 1-2)


On comprend alors que ce qui est offert à Hachem sur l’autel sacrificiel est l’âme de l’animal et, sur le plan symbolique, l’âme animale de celui qui fait une offrande. Cet animal représente mon animalité, la part brute, perfectible, de mes émotions naturelles, des sensations éprouvées par mon cerveau, de mes sentiments primitifs ; la part de moi qui s’échauffe, s’impatiente, désire, s’enflamme de colère ou qui se sent frustrée.


L’offrir à Hachem c’est d’abord la reconnaître, puis désirer s’en séparer. Dans la relation intime à D.ieu – lui offrir un sacrifice pour réparer une faute commise - peut se réaliser le désir de transformation : être meilleur, rendre meilleur les choses autour de soi, améliorer le monde, vouloir le réparer. Ainsi, on s’offre soi-même en sacrifice, du moins l’animal qui nous représente et on voyage alors dans les mondes divins".


Toutes les publications d’Ariela Chetboun ici


En vente en Israël à :

- Jérusalem : Gallia, 6 Mea Shearim

- Jérusalem : dans les locaux de QUALITA - Au Fil d'Ariane HaRav Agan 10


Et aussi à:

- Tel Aviv : Librairie du Foyer, Masaryk 14

- Netanya : Judaïca (passage Smilanski)

- Raanana : Brakha la Bait, Kanion El Ram, 98 A'houza

- Ashdod : Daniel Ifrah, Merkaz Topaz, 6 Montifiori


En vente en France à Paris : Librairie Emet, 250 Bd Voltaire (XIème)


Illustration : Karen Kamenetzky

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page