top of page
Rechercher

Des nouvelles de mon jardin à Netanya, Israël

Brutal printemps, qui nous a assailli avec une chaleur folle après un hiver si long et trempé... Hier journée magnifique pour la Fête de Jérusalem. Tous ces derniers jours en fait, des températures parfaites, dans les 20° ascendants, tempérées par un vent de mer quasi constant. Je suis peu sortie de mon jardin, hormis quelques marches sur la plage.


J'avais remis en fonction, il y a un mois environ, le tif-touf. Vous savez, comme le bruit que fait doucement l'arrosage automatique dans le silence des chaudes après-midi... tif-touf tif-touf... l'hébreu est inventif, friand d'onomatopées quand il s'adapte à la modernité.

Depuis peu, le jardin respire. Sur la terrasse d'en haut, le palmier, patiemment épluché de ses anciennes écailles retrouve une jeunesse. Les hampes fiérotes des plantes grasses bravent le ciel d'azur parfait. Toute la petite vie grimpante et entortillante des succulentes s'accrochent les unes aux autres et bavassent au soleil. Et le pied d'éléphant, trop arrosé, s'interroge.


Au jardin, délirant tout seul, le persil est monté en graine. J'avais fait une expérience... Les echeveria, quant à elles, essaient cette année de nouvelles coupes qui leur vont très bien. L'aloe vera ne se sent plus et balance ses bras épineux dans toutes les directions comme la danse d'un poulpe ralenti. Plus raisonnable, le duranta lutte contre la gravité et ploie sous ses tendres grappes violettes. Les lantanae ont la vie dure : je les arrache et elles reviennent toujours. En Israël ce sont des plantes vivaces envahissantes. Leurs feuilles accrochent comme du Velcro et forment des massifs gigantesques dans les parcs et les terrains vagues. Les hibiscus, obscènes, dardent leur pistil comme des sexes en guerre, des trompettes de parade perse. Tout à fait discret, le géranium rosa odoriférant s'habille de fleurettes mauves légères. Il me rappelle toujours ce vieil homme qui, il y a vingt ans, sur un banc de Jérusalem où je pleurais sans pouvoir m'arrêter, m'avait donné à sentir le baume réconfortant de ce géranium miraculeux. Il avait réussi à me faire venir un sourire. Maintenant, nous l'utilisons pour la havdala. Les Marocains en font des tisanes, paraît-il.


J'ai scruté les arbres fruitiers. Le grenadier promet, avec ses fleurs orange vif dont le coeur, durant tout l'été, se métamorphosera lentement en fruit. Et je n'ai pas la berlue : l'avocat conçoit ses premiers fruits. J'avais planté en 2017 ou 2018 un noyau germé dans la petite bande de terre de notre jardinet ; l'arbre est aujourd'hui majestueux et il atteint 5 ou 6 mètres de haut. Notre voisin Abraham m'avait montré à la fin de l'hiver qu'il produisait des fleurs à son sommet et qu'il donnerait bientôt pour la première fois.


Très sages, toujours ponctuels, l'oranger et le clémentinier font leurs boutons. Je ne mets même plus à leur pied la teinture blanche contre les parasites, la "confitura". Ils survivent très bien sans. Il reste un citron sur son arbre. Année de chemita. Il reste là, bien accroché et semble succulent, pour nous rappeler Qui nous nourrit en vérité.


Sur la terrasse d'en bas, les strelitzia - cet arbre court qui est un bananier sauvage, présente sa fleur blanche, comme un oiseau de paradis ébouriffé. Tous les vendredis avant Shabbat, j'aime bien les arroser : entre chaleur et humidité, je joue à être dans la jungle...


Fléchette, la chatte grise semi-sauvage que sa mère Poussière avait fait naître dans un recoin a expertisé la moustiquaire flottante que je viens de bricoler pour la fenêtre de la cuisine. Validé : elle peut passer dessous. J'ai réalisé qu'elle est tout aussi bonne gardienne que Tobie le chien. Quand elle détecte une situation irrégulière (un livreur bloqué à l'entrée ou un chaton intrus coincé dans le salon...) elle grimpe sur un meuble et fait bruyamment tomber un objet et nous alerte ainsi. Un bon système d'alarme ! Cette minette est finalement aussi intelligente que sa mère l'était.


Je me souviendrai toujours de la fois où elle avait fait tomber de la maison de poupée quatre personnages et... les avait alignés !!! Un lit pour maman, un lit pour "chat" et le chien !...


Netanya, dimanche 29 mai 2022


Tous les livres d’Ariela Chetboun :

Amazon FRANCE (livre papier et numérique) ici


Amazon US & ISRAEL (livre papier et numérique) ici

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page